mercredi 16 décembre 2015

Presse : Sur les traces du candidat frontiste, Jordan Grosse-Cruciani

VM 14/12/15






Levé de bon matin après une nuit « quelque peu mouvementée », « ce n’est pas tous les jours qu’on a une chance de l’emporter après un premier tour prometteur », la tête de liste vosgienne du Front national, Jordan Grosse-Cruciani, un brin stressé, affiche tout de même un large sourire à son arrivée en mairie de Thaon-les-Vosges.

Un petit tour du côté des isoloirs et deux heures à tenir le bureau de vote plus tard, et nous retrouvons le jeune homme de 25 ans à la sortie de l’hôtel de ville, en passe de partir à… la messe. Plus précisément à la basilique Saint-Maurice d’Epinal en cette journée de la miséricorde, « histoire de prier sainte Thérèse, une des patronnes de la France » … et peut-être de brûler un cierge. « D’habitude, je ne suis pas forcément réveillé, alors là, j’en profite », s’en amuse-t-il.

De retour dans son fief thaonnais pour tenir de nouveau le bureau de vote de 15 h à 18 h, le candidat frontiste n’a rien perdu de sa bonne humeur, d’autant que l’ambiance est plutôt détendue entre les assesseurs. Les chouquettes dégustées en commun peuvent en témoigner. « On vous nourrit. Après, ce n’est pas pour cela qu’on est responsable de votre score », explique une de ses collaboratrices du jour. Il est 18 h, l’heure du verdict se rapproche à grands pas. Un œil sur son portable, l’autre munie d’une feuille et d’un stylo, Jordan Grosse-Cruciani assiste au dépouillement. Les premiers résultats plutôt favorables à son camp tombent. Il lit sans trop relever une estimation qui le donnerait gagnant. Il est 19 h, l’heure de repartir a sonné pour le candidat du Front qui doit rejoindre rapidement Florian Philippot à Metz… Ce n’est que par téléphone qu’il nous livrera son sentiment sur les résultats : « On est un peu déçu d’avoir perdu, mais tout de même content de faire entrer un certain nombre de candidats dans l’assemblée régionale. Ce soir, on peut quand même dire que l’on reste le premier parti de France, car tous les autres partis ont fait bloc contre nous pour jouer sur les peurs. Notre score est encourageant pour la suite. »


Séb.C.

dimanche 29 novembre 2015

Journée du 28 Novembre : Tractage, salon des pêcheurs et apéro des adhérents FN

Ce Samedi 28 Novembre, nous sommes allés tracter sur le marché d'Epinal et sur la commune de Thaon. Nous avons aussi visité le salon des pêcheurs à Epinal avant de finir le soir avec un apéro d'accueil des nouveaux adhérents et responsables départementaux.
 
Marché d'Epinal

Salon des pêcheurs a Epinal

Apéro d'accueil des nouveaux adhérents
 

vendredi 27 novembre 2015

Vidéo : Débat Alsace20 pour les Régionales


Débat avec Jordan Grosse-Cruciani (FN) face à Philippe Richert (UMP), Jean-Pierre Masseret (PS) et Patrick Perron (FG)
TV Grand Est : Alsace 20, Vosges TV, Mirabelle TV et Canal 20 

lundi 16 novembre 2015

Attentats du 13 Novembre à Paris

Campagne régionale suspendue. Soutien aux victimes et aux familles et aux forces de l'ordre.
Le temps des critiques viendra et il ne faudra pas rester à rien faire contre la barbarie islamiste.
La France est belle et la flamme doit vivre !
 
 


dimanche 8 novembre 2015

Débat FR3 ACAL sur les Régionales

Samedi 7 Novembre

Jordan Grosse-Cruciani, Tête de liste FN Vosges, en débat à FR3 Reims face aux représentants LR-UDI, PS-UDE, LO et UnserLand.

Presse : Liste FN pour les régionales dans les Vosges

Voila la liste que j'ai l'honneur de conduire pour la section des Vosges :

lundi 2 novembre 2015

Foire de Poussay : Florian Philippot et le FN Vosges étaient présents

Ce Samedi 24 Octobre, une équipe de frontistes du FN Vosges est allée sur la foire de Poussay accompagnant Florian Philippot, notre tête de liste régionale; Dominique Bilde, Députée Européenne et de nombreux élus et candidats aux élections régionales.
La 417e Foire de Poussay est un évènement marquant de notre identité et il incarne bien cette défense des foires et fête et notamment la ruralité à laquelle nous sommes attachés.
 

 
 

 
 

mardi 20 octobre 2015

Bicentenaire de l'exil de Napoléon - Fête a Ste Hélène (88)

Ce Samedi 17 Octobre, j'étais présent au bicentenaire de l'exil de Napoléon reconstitué dans la commune de Ste Hélène dans les Vosges. N'oublions jamais comment cet homme a fait entrer la France dans l'Histoire et comment il a modernisé notre société en nous laissant beaucoup de choses en héritage (code civil, Lycée, légion d'honneur, ...). Bravo aussi à Thierry Choffat, Président des Vosges Napoléoniennes, pour l'organisation de ce week-end.
 

 

Florian Philippot à Bois-de-champ sur le thème de la ruralité

VENUE DE FLORIAN PHILIPPOT A BOIS-DE-CHAMP
 
Dans le cadre de la campagne des élections régionales de décembre 2015, Florian Philippot était présent ce samedi 17 octobre dans la commune de Bois-de-Champ (où le FN réalise parfois jusqu'à plus de 70% des voix) pour une réunion publique et un entretien avec le maire de la commune, Mr Jacques Caverzasi, autour des problèmes de la ruralité.

Devant plusieurs adhérents, sympathisants et villageois, Florian Philippot prononça un discours sur l'importance de nos communes rurales et la défense du triptyque commune-département-Nation qui sont les meilleurs échelons possibles pour une véritable politique de proximité aux services des citoyens. Rejoignant les propos du maire sur les problèmes liés aux intercommunalités, Florian Philippot a dénoncé avec force la loi NOTRE imposée par le gouvernement aux ordres de l'Union Européenne qui veut calquer l'organisation de la France sur le modèle fédéral allemand. D'ailleurs, la future agglomération de St-Dié à laquelle nous sommes opposés diluerait encore plus les petites communes rurales (dont Bois-de-champ) qui perdraient totalement leur indépendance et leurs spécificités.
La Grande Région ACAL est, à ce titre, une hérésie mais si nous la remportons, nous améliorerons son fonctionnement et nous mettrons fin aux dépenses et aux gaspillages inutiles (évidemment la victoire de Marine Le Pen en 2017 doit permettre de revenir sur ces « eurorégions » et sur les intercommunalités).
Florian Philippot promet d'être un partenaire de la ruralité et des communes rurales notamment en terme de projets et de subventions alors que l'Etat se désengage de plus en plus. Il défendra avec force les services publics, la sécurité, la desserte du territoire par les TER, l'agriculture de proximité (en privilégiant les circuits courts dans les cantines de la Région), les TPE/PME (en réservant des parts de marchés publics régionaux par des clauses sociales ou environnementales) et il soutiendra la création de maisons médicalisées en milieu rural.
Face aux candidats de l'RPS, la seule alternative nationale et régionale crédible consiste à se déplacer en décembre prochain et glisser un bulletin pour Florian Philippot et la liste du Front National dans l'urne.
 
Jordan Grosse-Cruciani
Secrétaire Départemental du FN Vosges
Tête de liste Vosges pour les élections régionales
 



 

Florian Philippot en débat dans BFM Politique

Lien : http://www.frontnational.com/videos/florian-philippot-sur-bfm-tv-77/

vendredi 9 octobre 2015

Lancement de campagne Régionale dans la Meuse

 Les têtes de liste

Marina Do Santos (2nde), Florian Philippot et moi-même (1er Vosges)

 
Têtes de listes
 
Lancement de campagne

jeudi 1 octobre 2015

Communiqué : Une autre politique nationale et régionale pour les transports publics

Une enquête récemment menée au premier semestre 2015 auprès d'usagers des transports en commun (trains, métro, RER, tramway, bus) montre que 69,1% d'entre eux jugent le tarif des transports en commun "cher" ou "trop cher". L'Association CLCV a pointé deux motifs d'insatisfaction principaux : des prix trop élevés et une ponctualité ressentie en baisse.

Ce constat témoigne de la nécessaire refondation de notre système de transports en France, qui, sous la pression des exigences Bruxelloises, cède un peu plus chaque jour à l'ultralibéralisme. La superposition des strates liées à la décentralisation n'a fait qu'accentuer un peu plus le problème et la complexité d'une gestion cohérente des transports en France. Les futures grandes régions devront ainsi désormais coordonner le réseau de TER mais aussi les transports en bus et scolaires qui seront transférés des départements vers ces dernières l'année prochaine ce qui entraînera inévitablement une hausse des tarifs dû à l'harmonisation nécessaire et cela alors que le système actuel fonctionne plutôt correctement.

Il est plus que temps de revenir à une véritable politique des transports publics qui passe par l'Etat qui devra reprendre la main sur la gestion ferroviaire et notamment les TER. En attendant, le FN agira au sein des Conseils Régionaux pour une politique des transports équilibrée et cohérente à l'inverse de ce qui fut réalisé depuis de nombreuses années.

Si des avancées sont certes indéniables, les derniers chiffres de fréquentation des TER qui sont en baisse en région ACAL s'expliquent bien évidemment par la hausse des tarifs et la suppression de nombreuses gares et haltes notamment en milieu rural. L'avenir incertains de lignes comme la ligne 14 (Nancy-Mirecourt-Contrexéville-Merey) ou le remplacement de lignes de trains par des bus (Sarreguemines-Bitche ou Thionville-Apach) ont aussi contribué à cette situation. Tandis que le CPER avec l'Alsace permet la réouverture d'une ligne ferroviaire, la région Lorraine n'a pas eu la même ambition en ce qui concerne la réouverture de la ligne Epinal-Gérardmer pourtant vitale pour redémarrer cette vallée.

De même, le développement du transport fluvial est une nécessité impérieuse pour la région (par exemple avec le Canal Moselle-Saône) permettant une meilleure attractivité et des débouchés commerciaux plus importants pour nos industries (métallurgie, agroalimentaire...) nous reliant ainsi directement avec les grands ports de la mer du Nord.

Les sujets ne manqueront pas (transport aérien et rôle des 5 aéroports en ALCA, A31bis, Grand contournement de Strasbourg, trafic transfrontalier avec le Luxembourg...) et le Front National mettra tout en œuvre pour sortir des logiques politiciennes qui ont présidées aux destinées de nos 3 régions afin de mettre les transports au cœur du développement économique, social, culturel et écologique de la Région.

Jordan Grosse-Cruciani
Secrétaire Départemental du FN Vosges
Conseiller Municipal de Thaon les Vosges

 

lundi 28 septembre 2015

Lancement de la campagne régionale de Florian Philippot le 4/10


Agenda politique de Octobre à Décembre 2015

Lundi 14 au Jeudi 17 Décembre
Séance Plénière au Parlement Européen

Mercredi 16 Décembre
Repas de Groupe ENL au Parlement

Dimanche 13 Décembre
2nd tour des élections Régionales et soirée électorale à Metz

Samedi 12 Décembre
- Réunion de bureau du FN Vosges
- Repas patriote à La Bresse

Vendredi 11 Décembre
- Boitage à Thaon
- Meeting de Florian Philippot à Lunéville

Jeudi 10 Décembre
- Tractage Marché de Thaon les Vosges et boitage Thaon
- Débat Vosges TV avec les têtes de listes des Vosges 2nd tour des régionales

Mardi 8 Décembre
Conférence de presse de Florian Philippot à Metz pour le 2nd des régionales

Lundi 7 Décembre
Débat sur FR3 Alsace pour le second tour des Régionales

Dimanche 6 Décembre
1er tour des élections Régionales

Jeudi 3 Décembre 
- Conférence de presse de Florian Philippot à Metz sur les Lycées
- Meeting de Florian Philippot à Mulhouse

Samedi 28 Novembre
10h :  Marché d'Epinal
14h :  Salon des pêcheurs à Epinal
15h :  Tractage à Thaon
17h :  Apéro d'accueil des nouveaux adhérents du FN Vosges et de Thaon Bleu Marine

Mercredi 25 Novembre
Meeting Régional de Florian Philippot avec Marine Le Pen à Hayange

Mardi 26 Novembre
Débat Régionales Vosges TV avec les têtes de liste Vosgiennes

Lundi 23 au Jeudi 26 Novembre
Séance Plénière au Parlement Européen

Samedi 21 Novembre
Colloque ENL sur l'euro à Paris

Jeudi 19 Novembre
TV : Emission Débat sur les Régionales avec Alsace 20, Vosges TV, Mirabelles TV et TV aube (a Strasbourg)

Lundi 16 Novembre
Minute de silence au Conseil Régional en hommage aux victimes du 13/11/15 à Paris

Jeudi 12 Novembre
18h : Commission d'appel d'offres - Thaon les Vosges
17h : Rencontre presse

Mercredi 11 Novembre
10h : Armistice à Thaon les Vosges
14h : Tractage campagne régionale à Remiremont

Lundi 9 Novembre
Déplacement avec Florian Philippot à Colombey-les-deux-églises sur la tombe du Général De Gaulle

Samedi 7 Novembre
TV : Emission "La Voix est Libre" - Débat à Reims face à LR/UDI - PS - LO et UnserLand

Vendredi 6 Novembre
Conférence de presse  pour présenter la liste du FN Vosges aux Régionales

Jeudi 5 et Vendredi 6 Novembre
Dernière Séance Plénière et Commission Permanente au Conseil Régional de Lorraine

Lundi 26 Octobre au Jeudi 29 Octobre
Séance Plénière au Parlement Européen

Samedi 24 Octobre
- Réunion FN
- Foire agricole de Poussay

Jeudi 22 Octobre
Tractage à Metz et à Hayange avec Florian Philippot

Dimanche 18 Octobre
Plateau de BFM Politique avec Florian Philippot

Samedi 17 Octobre
- Déplacement de Florian Philippot à Bois de Champ pour la campagne Régionale
- Bicentenaire de l'exil de Napoléon reconstitué a Ste Helene (88)

Mercredi 14 Octobre
18h30 : Conseil Municipal de Thaon les Vosges

Lundi 12 Octobre
Enregistrement de l'émission Entre Nous de Vosges TV sur les Régionales

Samedi 10 Octobre
Opération de tractage et de collage sur Thaon et Igney

Lundi 5 au Jeudi 8 Octobre
Séance Plénière au Parlement Européen

Dimanche 4 Octobre
Lancement officiel de la campagne des Régionales de Florian Philippot à Void-Vacon (Meuse)

Vendredi 2 Octobre
Commission Permanente du Conseil Régional de Lorraine

Jeudi 1 Octobre
Soutien a Thomas Laval pour le débat à ScPo Nancy

lundi 21 septembre 2015

Article sur la Démocratie : « Appliquons à la lettre la maxime de Lincoln »

Retrouvez mon article sur le site Paroles d'Actus : http://parolesdactu.canalblog.com/archives/2015/09/17/32555284.html
Merci a Nicolas Roche

« La démocratie est le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. » Cette citation d’Abraham Lincoln qui caractérise la démocratie est sans nul doute la définition la plus célèbre du mot « démocratie ».
À l’heure où de nombreux peuples dans le monde ne peuvent toujours pas dire qu’ils vivent sous un régime démocratique et où, en Europe notamment, les volontés des peuples sont balayées d’un revers de main par les technocrates et les financiers qui nous gouvernent, je vais essayer d’être concis pour développer ma vision de ce que devrait être les changements que je souhaite au sein de la République française.
Je me bornerai (comme il nous l’est demandé) à développer ma vision pour la France et non une vision généraliste européenne même si je reste persuadé qu’une rénovation profonde des institutions de la république doit s’accompagner du retour à une Europe des Nations libres et indépendante, dirigées par les peuples et non pas les marchés et les lobbys.
J’ai choisi de commencer mon exposé par la citation de Lincoln car j’estime qu’à l’heure actuelle la république est malade de sa démocratie qui ne représente pas (ou plus) l’idéal qu’elle devait porter.
Je n’en appellerais pas à une VIème République (effet de style plus que changement de fond) mais à une Vème République rénovée et refondée pour recentrer le citoyen au cœur de la cité, comme c’est le cas par exemple en Suisse. Les référendums d’initiative populaire sont à cet effet l’exemple le plus criant d’une démocratie « participative » - en plus de « représentative » - réussie. L’Europe a tenté elle aussi, avec ses initiatives citoyennes, d’aller sur ce terrain, mais il ne s’est agi que d’un artifice, comme nous avons pu le constater avec l’initiative sur la fin de l’expérimentation animale, qui a été sacrifiée. Il faudra instaurer en France de véritables référendums d’initiative populaire (avec un seuil fixé entre 500 000 et 1 million de signatures) que l’on soumettrait obligatoirement au vote de la population (avec, malgré tout, une limite par an).
Le régime français est semi-présidentiel (à la différence des régimes parlementaires de nombreux pays européens). S’il est nécessaire de conserver la stabilité qu’il procure, je pense qu’il faut revenir à un mandat présidentiel de sept ans, non renouvelable, afin que le président élu fasse réellement les réformes pour lesquelles il s’est fait élire, sachant bien qu’il ne pourra pas se représenter. Parallèlement, on pourra renforcer les pouvoirs du Parlement qui pourra avoir un rôle d’initiative plus important.
Le Sénat et le Conseil économique et social devraient être supprimés, mais il faudrait veiller à ce que l’Assemblée représente de manière équilibrée les élus, les territoires, et toutes les composantes de la société civile. Le mandat législatif serait toujours de cinq ans, avec une proportionnelle intégrale, non par département mais par région (les vingt-deux anciennes régions, pas les grandes régions), avec un seuil de 5% des voix pour que soient représentés tous les mouvements et en même temps garantir une juste représentation des territoires (ce que la liste unique ne fait pas forcément, favorisant souvent une élite parisienne).
Une vingtaine de sièges seraient attribués au niveau national pour permettre à tous les partis politiques ayant obtenu au niveau national entre 1 et 5% des suffrages de bénéficier d’un représentant à l’Assemblée s’ils n’en ont pas eu un seul via le scrutin à base régionale. L’obligation liée à la parité tomberait - car on doit choisir les personnes pour leurs compétences et non autre chose - mais elle serait encouragée (malus dans le financement public, désavantage dans la répartition des sièges en cas dégalité) pour inciter les femmes à s’engager en politique puisque notre pays n’a pas encore la mentalité des pays scandinaves, par exemple, en la matière.
Le cas de l’Outre-Mer serait traité à part avec un scrutin majoritaire à un tour conservé pour les circonscriptions uniques et une proportionnelle pour les autres, comme pour les Français de l’étranger. Le nombre de députés serait maintenu (compte tenu de la suppression du Sénat et du CES) mais les indemnités encadrées, diminuées et les retraites alignées (comme au gouvernement) sur le privé pour une équité, une moralité réelles. La politique deviendra l’espace qu’il devrait être : celui de servir les citoyens et non de se servir soi-même.
De même, le financement des partis devra être revu et les micro-partis interditsEnfin, le cumul des mandats devra s’appliquer strictement. Un élu national - ou membre du gouvernement - ne pourra cumuler avec la présidence d’un exécutif local (un mandat de simple élu départemental sans responsabilité ou de simple conseiller municipal ou conseiller délégué sera autorisé, de la même manière qu’un mandat d’adjoint au maire ou de maire d’une commune rurale de moins de mille habitants).
Il en serait de même au niveau des collectivités locales, avec une défense de l’héritage de la commune, des départements et de la Nation. Les Régions (actuelles) seraient des lieux de concertation où siégerait des représentants des départements et des communes. Les scrutins départementaux et municipaux seraient proportionnels eux aussi (intégralement pour le département et avec une prime de majorité pour les communes). Les intercommunalités seraient supprimées ; les collectivités garderaient la possibilité de se regrouper pour certaines compétences (les communes rurales notamment), sans institutions propres ni indemnités correspondantes.
La principale caractéristique de la République telle que je l’imagine, avant même d’en articuler les compétences, les définitions ou le mode de gouvernement : elle se doit d’être morale et exemplaire. Les nominations de responsables ou de fonctionnaires se feront sur la base du mérite et de l’exemplarité. Les frais seront contrôlés, les conflits d’intérêts interdits et nous devrons nous inspirer des modèles scandinaves sur la transparence de la vie politique et l’intégrité des élus (tout élu corrompu ou soupçonné de corruption et autre ne pourrait tout simplement plus se présenter à une élection). Les liens entre les élus et les lobbys seraient activement contrôlés et des sanctions importantes pourront être prises pour ceux qui tentent d’influencer la vie politique par des pratiques de lobbying.
Les médias devront jouir d’une totale liberté d’opinions ; toute censure ou pression sera interdite. Néanmoins, nous contrôlerons et limiterons les liens entre industriels et groupes de presse en créant de nouvelles règles liées à la détention du capital des médias.
Enfin, tout les budgets des institutions et de la vie politique seront diminués pour montrer symboliquement l’exemple aux citoyens si ceux-ci doivent aussi supporter le prix de sacrifices et d’efforts.
Jordan Grosse-Cruciani
 

samedi 12 septembre 2015

Epinal et Gérardmer vont accueillir des réfugiés : le FN Vosges dit Stop!

Alors que l'Europe et la France traversent une crise économique et sociale qui n'en finit plus, François Hollande s'est déclaré favorable à l'accueil de 24000 clandestins supplémentaires. A nouveau, la France se soumet aux exigences de Bruxelles et de l'Allemagne et les municipalités UMPS/RPS s'empressent de proposer l'accueil des migrants dans leur ville comme c'est le cas à Epinal avec Michel Heinrich, Député-Maire LR et à Gérardmer avec Stessy Speissmann, Maire et Conseiller Régional PS.
 
Sous couvert de bonnes intentions, les élus de l'UMPS (RPS) tentent de nous faire croire que ces migrants seraient des réfugiés temporaires alors que ces clandestins s'installeront sur le territoire national durablement et cela aux frais des contribuables français qui ont de plus en plus de mal à vivre décemment.
Cette immigration est en grande partie économique et est la conséquence directe du laxisme gigantesque de nos gouvernements successifs. De plus, les récents évènements l'ont prouvé, nous ne disposons plus des moyens nécessaires pour assurer la sécurité des français sur tout le territoire et cette immigration clandestine fait courir le risque d'infiltration de terroristes islamistes.
 
Conscient de la situation et réaliste, le Front National des Vosges s'oppose à l'accueil de nouveaux clandestins en France et dans notre département. D'ailleurs, les maires FN s'opposeront fermement à l'accueil de "migrants" dans leur ville. La seule solution envisageable est la mise en oeuvre d'une politique migratoire ferme à l'image de l'Australie, la suppression de toutes les "pompes aspirantes à l'immigration" (aides sociales ...) et le rétablissement d'un véritable contrôle à nos frontières nationales.
 
Jordan Grosse-Cruciani
Secrétaire Départemental du FN Vosges
Conseiller Municipal de Thaon-les-Vosges
 
 

vendredi 21 août 2015

Réforme territoriale en ACAL : la chambre régionale des comptes doit rester à Epinal !

Vendredi 31 Juillet dernier, le Conseil des ministres a décidé de fixer, sans presque aucune concertation, le siège des principales administrations pour les nouvelles grandes régions.

Pour ce qui est de la future Alsace-Champagne Ardenne-Lorraine, le siège de la chambre régionale des comptes qui se situe à Epinal sera désormais fixé à Metz dont il faudra trouver des locaux adaptés alors même que le bâtiment qui abrite aujourd'hui la chambre a été rénové il y a à peine 10 ans...

L'implantation de la chambre régionale des comptes à Epinal date de 1985 grâce au travail de Philippe Séguin. Actuellement, 56 personnes travaillent sur le site.

Ce déménagement est le symbole criant du mépris du gouvernement et de nos dirigeants qui sacrifient les villes moyennes et la ruralité sur l'autel des diktats européens. De plus, cette réforme territoriale n'engendrera aucunes économies pour le citoyen mais pire, elle leur coûtera ! A titre d'exemple, le Président de la Région Alsace a déjà créé une rangée de pupitres supplémentaires à Strasbourg pour la modique somme de 250000€ afin d'accueillir les élus régionaux.

La seule alternative crédible et raisonnable pour une région dynamique réside bel et bien aujourd'hui dans le vote frontiste et la liste conduite par Florian Philippot aux prochaines régionales. En décembre prochain, ne vous trompez pas de bulletin !

samedi 18 juillet 2015

Lettre de Florian Philippot aux Maires des communes rurales en ACAL

 
Madame, Monsieur le Maire,
 
Comme vous le savez, la loi sur la réforme territoriale va bientôt être votée. Cette loi est une catastrophe pour les  petites communes  comme la vôtre.  Elle va en effet augmenter les pouvoirs et les compétences de grandes métropoles régionales et accentuer ainsi la disparition des services publics de proximité dans les zones rurales et les petites villes, pourtant déjà très affectées par les réformes qui se sont succédé. Le phénomène de concentration sera accentué alors qu’il faudrait aménager de manière équilibrée le territoire.
 
Attaquant une nouvelle fois la commune et le département (sans encore oser les faire disparaître), la loi cherche à renforcer les intercommunalités et les nouvelles grandes régions. Ces échelons sont moins bien connus, moins bien compris des électeurs et c’est donc une façon de s’en prendre à la démocratie locale, en éloignant les centres de décision des administrés. Privés de pouvoir au sein d’une trop grande intercommunalité, les maires resteront sans aucun doute le premier interlocuteur des citoyens mais ils ne pourront plus leur apporter de vraies réponses concrètes. 
 
Ces ensembles disparates, qu’il va falloir redécouper à la va-vite, ne correspondront guère aux réalités du terrain. En passant arbitrairement la limite inférieure de population des intercommunalités de 5 000 à 20 000 habitants, la loi va bouleverser les équilibres existant dans les communautés de communes. De nombreux maires se mobilisent contre ces évolutions, comme on l’a vu en Moselle mardi 16 juin où trois cents d’entre eux ont manifesté à Metz.
 
Vous le savez bien, cette réforme, qui ne permettra aucune économie, s’accompagne d’une baisse des dotations qui asphyxie les communes et malmène les finances municipales.  Mal préparée, imposée dans l’urgence et sans concertation, elle ne profitera pas aux petites communes dont les maires n’ont ni le temps ni la possibilité de venir quémander dans les grandes métropoles.
 
Candidat à la présidence de la grande région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, je m’engage auprès de vous à être votre défenseur. Le Front national refuse comme vous cette réforme. Nous pensons que le triptyque État-département-commune a fait largement la preuve de son efficacité auprès de nos concitoyens et nous voulons non seulement qu’il soit maintenu mais même qu’il soit privilégié.
 
 Il faut que les communes puissent coopérer entre elles mais nul n’est besoin pour cela de leur imposer la structure pesante, coûteuse et complexe de l’intercommunalité. Les régions doivent correspondre à des réalités : la Lorraine, l’Alsace ou la Champagne-Ardenne existent !
 
Sans élus propres, sans structures para-administratives coûteuses, elles doivent de contenter de réunir des élus départementaux pour faire baisser les coûts et simplifier considérablement les choses. C’est le sens de nos propositions.
 
Je refuse qu’une « hyper-capitale » régionale devienne le lieu de tous les pouvoirs et marginalise de larges territoires. Je veillerai à ce que les services soient déconcentrés et à ce que tous les habitants de la région, qu’ils vivent dans le plus petit village ou la plus grande ville, bénéficient des mêmes services publics sans discrimination.
 
Je m’attacherai aussi à laisser respirer les communes en faisant en sorte que la région soit pour elles une aide véritable et soutienne les projets de proximité qu’elles seules peuvent porter. Le respect de la démocratie locale et des élus de terrain me guidera, contre tous les corporatismes et les copinages divers qui président à bien trop de décisions dans certaines collectivités.
 
Ensemble, nous défendrons la France contre les réformes folles que le gouvernement nous impose sur ordre de Bruxelles. Ensemble, nous construirons un avenir meilleur pour nos communes et leurs habitants. Ensemble, nous ferons revenir l’emploi et la sécurité dans nos territoires.
 
Vive la République et vive la France !
 
Florian Philippot
 
 

Vidéo : Tous les candidats du FN Vosges aux départementales


lundi 13 juillet 2015

Marine Le Pen et Louis Aliot contre l'antisémitisme et le boycott d'Israel

Selon Tomer Orni du Parlement Juif Européen, lors d’une rencontre tenue cette semaine avec le fondateur du Parlement, Marine Le Pen « reconfirmé que l’antisémitisme n’a pas sa place au Front National » et elle « n’acceptera pas au sein du FN des membres qui ont des opinions antisémites » ou « qui soutiennent le boycott contre Israël. »

 
Avec le Parlement Juif européen le 08 Juillet 2015