mercredi 16 décembre 2015

Presse : Sur les traces du candidat frontiste, Jordan Grosse-Cruciani

VM 14/12/15






Levé de bon matin après une nuit « quelque peu mouvementée », « ce n’est pas tous les jours qu’on a une chance de l’emporter après un premier tour prometteur », la tête de liste vosgienne du Front national, Jordan Grosse-Cruciani, un brin stressé, affiche tout de même un large sourire à son arrivée en mairie de Thaon-les-Vosges.

Un petit tour du côté des isoloirs et deux heures à tenir le bureau de vote plus tard, et nous retrouvons le jeune homme de 25 ans à la sortie de l’hôtel de ville, en passe de partir à… la messe. Plus précisément à la basilique Saint-Maurice d’Epinal en cette journée de la miséricorde, « histoire de prier sainte Thérèse, une des patronnes de la France » … et peut-être de brûler un cierge. « D’habitude, je ne suis pas forcément réveillé, alors là, j’en profite », s’en amuse-t-il.

De retour dans son fief thaonnais pour tenir de nouveau le bureau de vote de 15 h à 18 h, le candidat frontiste n’a rien perdu de sa bonne humeur, d’autant que l’ambiance est plutôt détendue entre les assesseurs. Les chouquettes dégustées en commun peuvent en témoigner. « On vous nourrit. Après, ce n’est pas pour cela qu’on est responsable de votre score », explique une de ses collaboratrices du jour. Il est 18 h, l’heure du verdict se rapproche à grands pas. Un œil sur son portable, l’autre munie d’une feuille et d’un stylo, Jordan Grosse-Cruciani assiste au dépouillement. Les premiers résultats plutôt favorables à son camp tombent. Il lit sans trop relever une estimation qui le donnerait gagnant. Il est 19 h, l’heure de repartir a sonné pour le candidat du Front qui doit rejoindre rapidement Florian Philippot à Metz… Ce n’est que par téléphone qu’il nous livrera son sentiment sur les résultats : « On est un peu déçu d’avoir perdu, mais tout de même content de faire entrer un certain nombre de candidats dans l’assemblée régionale. Ce soir, on peut quand même dire que l’on reste le premier parti de France, car tous les autres partis ont fait bloc contre nous pour jouer sur les peurs. Notre score est encourageant pour la suite. »


Séb.C.